LE YOGA ET LA QUÊTE INTÉRIEURE - Metka Zupancic, PhD, RYT 500

                                                                

Dr. Metka Zupancic pratique le yoga depuis une trentaine d’années. Sa source primordiale d’inspiration reste l’enseignement de B.K.S. Iyengar, de sa famille et de ses disciples. Au-delà des considérations idéologiques, le yoga a toujours été pour Metka la voie du cœur qui unit le corps et l’esprit, l’intuition et la réflexion. Il représente la rencontre des énergies parfois contradictoires, la possibilité de conciliation entre l’Est et l’Ouest.  Dans son propre cheminement, le yoga lui offre la possibilité d’habiter son être entier, grâce à la persévérance, la discipline et la perception approfondie d’elle-même qui découlent de son exploration.

 

Le but, pour Metka, est une vie plus harmonieuse et non pas nécessairement la maîtrise des postures compliquées – le corps se charge de poser lui-même ses limites et d’apporter son propre enseignement qu’il s’agit d’écouter. Toutefois, en revenant régulièrement sur le tapis de yoga, Metka croit que le travail corporel permet une prise de conscience chaque fois plus aiguë, l’accumulation progressive de l’énergie vitale et une circulation mieux assurée de cette dernière. C’est la découverte progressive de l’énergie produite par la pratique qui amène la confiance accrue dans la sagesse inhérente à la Vie. Grâce au yoga, Metka espère maintenir la santé et l’équilibre intérieur, à l’aide de ce « remembrement », voire le recentrement, que lui procurent la méditation et l’observation de soi. C’est dans ce contexte que son travail sur les archétypes, voire les paradigmes psychiques qui se manifestent autant dans le corps que dans l’esprit, inscrit la pratique des postures dans un ensemble bien plus vaste des relations entre soi et le monde, avec l’étude de la philosophie au sens le plus large, dans l’espoir de comprendre la nature profonde de notre existence.

                                           

Les premières expériences yogiques de Metka remontent à ses études doctorales en France, dans les années soixante-dix, pendant lesquelles elle a aussi découvert le végétarisme comme manière de vivre et non seulement comme une option alimentaire. La dimension éthique et écologique reste une de ses préoccupations de base. La quête intérieure se situe chez elle dans un espace partagé avec ses étudiant-e-s, soit directement dans des cours de yoga soit dans d’autres domaines où les conjonctions entre les disciplines peuvent être établies, étudiées et intégrées à notre quotidien, dans l’espoir du dépassement des conflits entre les hommes et les femmes, entre les pays et les cultures.

 

Dans la vaste étendue des possibilités et des interprétations des textes anciens et de la tradition du sacré, Metka continue à naviguer entre les écoles et les approches différentes issues des enseignements du passé. En continuant à approfondir ses connaissances, elle voudrait avoir le temps de lire toute la sagesse du monde. Elle voudrait aussi suivre plus d’ateliers, avec des spécialistes qui se sont concentrés sur des aspects particuliers du yoga. En tant que somme et synthèse des principes et des pratiques holistes, le yoga lui paraît assurer une vie plus honnête et plus riche. Sans se perdre dans cet océan des possibilités, elle se voit constamment  obligée de revenir au point de départ essentiel : sa propre expérience, vécue à fond et intégrée, qui est la condition primordiale et incontournable de tout avancement spirituel.

 

Ainsi, Metka voit dans la sagesse inhérente du corps l’outil majeur pour la compréhension de soi et du monde : ce corps qui ne dévoile que progressivement ses mystères et ne cesse de nous surprendre. Souvent, dans sa pratique personnelle et dans le travail avec les groupes, Metka est profondément reconnaissante à la voix du corps qui la guide et l’instruit : l’expérience corporelle permet l’ancrage et l’établissement solide des fondations pour que la pensée se clarifie et s’épanche.

 

C’est dans cette perspective que se rencontrent le travail intellectuel d’une part et l’expérience approfondie de l’énergie telle qu’enseignée dans le Qi Gong ou d’autres traditions qui insistent sur l’unité derrière la variété des techniques ou des connaissances. Une spiritualité incarnée demande une vigilance constante paradoxalement combinée avec la capacité de lâcher prise et d’accepter les transformations constantes amenées par la vie.

 

Parmi les influences qui ont aiguillonné Metka sur son chemin, elle voudrait exprimer sa reconnaissance à un grand nombre  de personnes – mais aussi à tous ces livres qui l’ont nourrie et soutenue pendant de longues années. Du point de vue de ses compétences dans l’enseignement du yoga, son certificat en Phoenix Rising Yoga Therapy (1997) a été complété par la formation avec Betty Larsen et John Charping (SIYI, Nashville, TN, 2002-2003). Dans la tradition du yoga Iyengar, elle a étudié, entre autres, avec Roger Cole, Judith Hanson Lasater, Dean Lerner et Ramanand Patel. L’expérience du Purna Yoga avec Aadil Palkhivala lui a paru utile, ainsi que l’exposition au Viniyoga, avec Kausthub Desikachar et Gary Kraftsow. En France, elle a suivi des cours et des ateliers avec Lydie Drivière à Tours. Elle a été aussi très intéressée par l’approche de Daniel Telmont, à Grenoble, combinant le yoga tibétain avec d’autres voies de transformation intérieure.

                                                                                                                         

Dr. Zupancic est membre d’“International Association of Yoga Therapists” (iayt.org). Elle a été confirmée comme enseignante de yoga avec 500 heures de formation auprès de Yoga Alliance, l’organisme régulateur des standards dans l’enseignement du yoga aux États-Unis. Pour en savoir plus sur ses expériences, prière de vous rendre à la page en anglais de ce site, si vous souhaitez lire son article sur l’enseignement du yoga à l’Université d’Alabama.

Sur la photo, Akasha Ellis et Metka Zupancic.



Modify Website

© 2000 - 2014 powered by
Doteasy Web Hosting